Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2002 5 19 /07 /juillet /2002 18:00
Mikaël Pichard pour Ouestsigle-d-Ouest-France.jpgFrance, le 19/7/2002

Samedi, l'école spéciale militaire de Saint-Cyr fête ses deux cents ans en grand uniforme, à Coëtquidan (Morbihan). Depuis sa création en 1802, elle a formé 50 000 officiers de l'Armée de terre. Pierre-Yves Ginot est l'un des 182 élèves officiers la promotion 'du bicentenaire de Saint-Cyr.' Portrait.

« En cours préparatoire, à l'école primaire, la maîtresse nous a demandé ce que l'on voulait faire plus tard. J'ai écrit 'militaire'. » Il est des vocations comme de certaines vérités. Elles s'imposent à vous, presque comme une évidence. Pierre-Yves Ginot, 23 ans, est l'un des 180 élèves-officiers du 1er bataillon (troisième et dernière année) de l'école spéciale militaire de Saint-Cyr-Coëtquidan. L'ESM, maison mère des officiers de l'Armée de terre, fête cette année ses deux cents ans. C'est la plus prestigieuse et la plus ancienne des trois écoles de cet immense campus de 5000 hectares situé aux confins du Morbihan, à 45 kilomètres de Rennes, à cheval sur cinq communes, tapi entre landes bretonnes et forêt de Brocéliande. L'école que Pierre-Yves avait toujours « rêvé » d'intégrer. « Quand j'étais petit, tout ce qui était kaki me parlait. Une canne devenait un fusil. Plus tard, au lycée Saint-Charles, à Orléans, on me regardait un peu comme un original. Militaire, c'était quelque chose qui faisait sourire et intriguait. Mais mes camarades m'ont dit que j'étais fait pour cela. » Grand et mince, le regard clair et le sourire franc, Pierre-Yves est issu d'une lignée qui a compté plusieurs juristes poitevins. Personne dans sa famille ne l'a poussé à embrasser la carrière des armes. Pas même ce grand-père paternel, résistant dans les Ardennes, officier de légion et ancien d'Indochine, dont, enfant, il feuilletait les albums photos avec fascination. « Le jour où j'ai été reçu à Saint-Cyr, il a été très fier. Lui avait renoncé au concours pour s'engager comme soldat, en 1939. Pour la première fois, nous avons eu une discussion en tête à tête. Il m'a parlé de ce qu'il avait vécu en tant que militaire. » Après la Terminale ES, c'est le départ, en 1996, en classe prépa HEC au Prytanée militaire de la Flèche, dans la Sarthe, antichambre très recherchée des futurs « cyrards » de Coëtquidan. « Du jour au lendemain, je suis tombé sur des gens qui avaient la même flamme que moi. J'y ai passé les trois plus belles années de ma vie. » Après, c'est Saint-Cyr, le rêve qui devient réalité. Trois années où ces chefs de section en devenir sont tiraillés entre leur aspiration pour le « mili » et la « pompe », l'enseignement plus académique. Une situation « pas forcément bien vécue » par ces jeunes hommes et femmes (la promotion du bicentenaire en compte cinq) qui n'aspirent qu'à commander et à servir sur le terrain.

« En première année, je suis parti trois mois comme chef de groupe au 42e régiment de transmission, à Laval. J'étais sergent. C'était la première fois que j'exerçais un commandement. Je suis revenu plus motivé que jamais. Il y a eu aussi le mois en stage au Centre national d'entraînement commando dans les Pyrénées, à Collioure. La devise, là-bas, c'est : ' Aguerrir, tremper, durcir '. Cela veut tout dire. Ces deux périodes font partie des temps forts de notre formation. » L'élève officier Pierre-Yves Ginot, bientôt lieutenant et chef de section, se défend de toute nostalgie après être allé au bout d'un rêve qu'il caressait du doigt enfant. Et pourtant... « C'est la fin d'une formation, d'une époque. C'est un sentiment étrange... » Après les cérémonies du bicentenaire, Pierre-Yves et son épouse feront leurs bagages pour Saumur. Direction l'école d'application de l'arme blindée cavalerie, « réservée » aux saint-cyriens bien notés. Et après ? « Le Tchad, le Kosovo, ou l'Afghanistan. » Le visage de Pierre-Yves se ferme, devient grave. « On porte un uniforme que 10 000 saint-cyriens morts au champ d'honneur ont porté avant nous. » Morts pour la France, au nom de cette flamme qu'ils ont défendue jusqu'à s'y consumer.

Mikaël Pichard

Partager cet article

Repost 0
Published by Mikaël PICHARD
commenter cet article

commentaires

Liste des papiers

Les gauchistes - vraiment naïfs, faux culs ou vrais cons?
20 juin 2016

Campagne de vaccination ou terrorisme sanitaire?
12 avril 2016

2016, Goodyear pour le terrorisme
13 janvier 2016

L'amalgame de l'agrégé, ou la philodoxie de Jacouille
22 mai 2015

Monsieur le 1er Sinistre,
4 avril 2015

Raffarin, corps et âme: «j'ai une chose, au fond de moi»
9 juillet 2014

Lettre ouverte à l'UMPS et autres produits dérivés (i) du Système
21 mai 2014

Jérôme Kerviel : «la fête continue»
26 mars 2014

L'hyperbole du bon Samariton - Lettre ouverte
1er mars 2014

Chasteté de trottoir, à Ouest France
15 octobre 2013

La nouvelle Bible - le "Notre Père" modifié
11 sept. 2014

Le Maître enculera le larbin qui le suce
24 août 2013

Les racailles de l'armée française
19 juin 2013

Le mariage homo' est un contresens, aux deux sens du mot
6 février 2013

Qui les Chrétiens syriens gênent-ils ?
22 déc. 2012

Quand Gaillot s'achète une conduite...
8 nov. 2012

Agiter le peuple avant de s'en servir (2ème partie)
8 oct. 2012

Chiens de guerre
1er oct. 2012

à Jègue
15 août 2012

Un prêtre syrien écrit à François Hollande
25 juillet 2012

Rendez nous Jésus !
2 juillet 2012

Les Catho' voteront-ils pour Sarkollande, le 6 mai ?
28 avril 2012

La Kommandantur se fâche
5 avril 2012

Fais l'ménage, Sarko' !
27 mars 2012

La gifle de Poutine
22 mars 2012

l'Allemagne a tout gâché
7 février 2012

«Agiter le peuple avant de s'en servir» (Talleyrand)
4 février 2012

Le doigt sur la couture du pantalon descendu sur les chevilles: schizophrénie ou féminisation de la Grande Muette? (4/4)
18 déc. 2011

Le doigt sur la couture du pantalon descendu sur les chevilles: schizophrénie ou féminisation de la Grande Muette? (3/4)
17 déc. 2011

Le doigt sur la couture du pantalon descendu sur les chevilles: schizophrénie ou féminisation de la Grande Muette? (2/4)
16 déc. 2011

Le doigt sur la couture du pantalon descendu sur les chevilles: schizophrénie ou féminisation de la Grande Muette? (1/4)
15 déc. 2011

La bactérie des écoliers
7 juin 2011

La bactérie de la Bundeswehr
4 juin 2011

Le Roman de la Bretagne
19 mai 2011

Ici Karzaï : au pied ! (humour)
19 mai 2011

A qui profitera le dividende salarial ?
7 mai 2011

Chrétiens, Musulmans et Socialistes pour la Vie
16 juin 2010

Si Marie chez nous est Reine...
23 avril 1994

le Pont-Neuf
1er avril 1989