Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 14:55

2. De la féminisation triomphante à l'autoséduction du Triomphe

«Il faut qu'il en ait qui restent, pour faire passer des valeurs et montrer l'exemple» (1ère partie)... Sincère comme une velléité de confessionnal, ce faux-fuyant disait, au fond: «je suis fidèle à ma feuille de paie» [19b]; l'homme du rang comprendra:

«montre l'exemple de ma fidélité, soldat»
homme du rangGeorgelin
(1ère partie) décore le

caporal-chef Brieu, le 16/7/2009


En parlant du foutriquet-en-chef des armées, qui jouait au Grand Charles, devant des généraux châtrés ou complices [20], Jean-Marie Le Pen résuma aussi la veulerie de ces derniers: «ce crime est rendu possible par l’escroquerie qui consiste à se référer à la résistance pour prôner tous les abandons» (discours de clôture de l'Université d’Eté du FNJ, 29/12/2010). Piliers de l'armée comme de toute entreprise collective, discipline et hiérarchie priment sur les convictions personnelles du soldat, à condition de servir la Patrie. Mais si le chef des armées les met au service de la Banque, d'une multinationale ou d'une puissance étrangère [4,14,15], le soldat conscient doit, à sa famille et ses compatriotes, au moins de se démettre - «qu'as-tu fait, papa, toi qui savais...?»

La mère d’Hélie Denoix de Saint Marc à son fils:
«le courage, c’est comme la couture; un point après l'autre»
(extrait de "Servir?", de Georges Mourier)

Il en va de même de la veulerie du garçon de bonne famille,
qui laisse tomber les principes de papa, pour «raison d'Etat»


On rassurera le spécieux - «je désarmerais la France si je démissionnais» - en lui disant qu'il la protégera en cédant sa place à un homme dont le chef des armées saura qu'il n'obéira pas à un traître...
Hélie Denoix de Saint Marc: «je lui ai désobéi (à mon père) et ça a été mon premier acte de désobéissance dans ma vie; ça n'a pas été le dernier». Plus que les moulinets de sabre, qui ravissent les femmes de la tribu lors du Triomphe, la rébellion de Saint Marc (i), fût-elle une erreur politique, procèdait de la virilité. Faut-il qu'un officier soit faible, pour que le tableau d'avancement ou le qu'en-dira-t-on (ii) l'emporte sur ses principes! Cette faiblesse, qui se raccroche à la vanité (Triomphe & moulinets) et à une obéissance passive quand elle accepte l'inacceptable, est la manifestation la plus éloquente de la féminisation des armées...
(i) 21 avril 1961: trahison dans le fond comme dans la forme, ou sursaut de dignité?
(ii) Marc-Aurèle: «qu’importe, quand tu fais ton devoir (...) d’être blâmé ou loué» (Livre 6, §2)


Ernest Psichari à propos des «gens d’Afrique»:
«ils ne seront pas avec ceux qui veulent
concilier tout, le vrai avec le faux»


Monteil: «on a souvent défini l'honneur par le «simple souci de l'estime de ses pairs» ("Les officiers", p. 60). Inversement, le héros prudent n'aime pas le cavalier seul, dont le courage crie le silence des autres... Comment en est-on arrivé là? Où sont les «Français sans peur, Chrétiens sans reproche», que promettaient les jeux des enfants qui rêvaient de Bayard et de Jeanne d'Arc [21]? Comment est-on passé, de la résistance du «grand-père paternel» [22], à la collaboration au Kosovo, qui ferait vomir de dégoût le «résistant des Ardennes»? Demandons d'abord aux Anciens comment ils vivent ça...


«Dîtes moi, très cher:
pourquoi la vie des gens biens n'est-elle
pas simple comme une image d'Epinal
...
infirmiere.jpg...où maman est infirmière,
quand papa fait la guerre


Un jour de Noël, mon père, ancien officier d'infanterie de marine (promo' "Rome et Strasbourg") me parla des soldats français qu'on avilissait en ex-Yougoslavie en leur faisant lever la crosse: «ils ne peuvent plus se battre, après ça: le ressort est cassé! On n'a pas le droit de faire ça à un soldat»... La veille, je lui avais offert la biographie de Saint Marc. Il l'avait lue d'une traite et n'avait pas dormi de la nuit. Le règne du faux-semblant provoquait souvent sa colère; d'ordinaire, il éructait son mépris puis se taisait. La honte fut la plus forte, ce Noël-là, et mon père fondit en larmes - un Lorrain! Les faisans étoilés qui, de nos soldats, faisaient des lopettes en leur liant les mains en Yougoslavie, sur fond de prise d'armes et remise de médailles, lui étaient insupportables; les souvenirs de Saint Marc firent le reste...


Saint-Marc.jpg


Au marsouin qui avait le Mal Jaune, ce livre rappela les promesses non tenues, faites au nom de politiciens sans parole, par des hommes d'honneur qui sortaient de l'adolescence ou d'un camp de concentration, à des paysans qui payèrent de leur vie leur confiance en la France qui s'en moquait. La honte de l'officier ne sauve pas l'honneur de l'armée mais elle peut sauver le sien. Celui qui n'a plus honte [22] suit le tableau d'avancement, comme un voyageur le tableau des départs à la gare...


Jean-Pierre Dannaud: «une guerre obscure qui usa
les cadres qui marchaient à contresens de l'Histoire»
guerre-morte.jpgDevoir sur table à Saint-Cyr (calculatrice autorisée):
«Le neohéros gagne-t-il à la jouer pépère?»
On comparera les progressions de carrière et les
émoluments de Jeanne d'Arc et du général Janvier


Saint Marc se souvient que la génération qui les suivaient, lui et ses camarades, n'avait pas la trempe de ses aînés; le coup d'Alger échoua aussi parce que, déjà, la forme l'emportait sur le fond. Faut-il pleurer l'Algérie française, sachant que l'élite apatride l'a fait rentrer dans son Empire sans faire la guerre [23]? C'est hors sujet mais les hommes qui, à tort ou à raison, voulurent garder l'Algérie d'une façon honorable, méritent qu'on rappelle au petit co' la différence ontologique entre l'individu qui subit l'Histoire (son histoire) et l'homme qui la fait. Que Saint Marc et ses camarades aient échoué ou se soient trompés ne réduit pas leur densité; celle-ci ne souffrait pas la passivité.

De Napoléon, à René Magritte,

le peintre de la schizophrénie:
general-Marceau.jpgFrançois Séverin Desgraviers-Marceau

devant l’état-major de l'ESM à Coëtquidan;

général à 23 ans, mort à l'ennemi à 27


Depuis, on a féminisé la société [24] pour la domestiquer, dans les deux sens du terme...

1. Le débat d'idées a été repoussé dans la «sphère privée». Sous prétexte de «paix sociale», on l'a chassé de l'agora, où on parle aujourd'hui moins de politique que de familles politiques - de partis. Ceux-ci sont appréciés pour eux-mêmes; la campagne électorale est avant tout une entreprise de séduction. Ainsi domestiqué - au sens de la maison («domus» en latin) - le débat a perdu sa substance politique et sociale. Autrefois, deux hommes ensemble refaisaient le monde. De nos jours, les réunions de famille vont, de l'ipod (les jeunes) ou des postures sentencieuses ou tautologiques (les vieux), aux couches-culottes, selon que les mamans font le café ou le boivent avec les hommes.

Jean-Marie Le Pen, à l'université d'été d'E&R en 2007:
«si les citoyens ne s'occupent pas de politique...

...la politique s'occupe d'eux»


2. Comme le chien apprivoisé supporte la laisse parce que c'est un pis-aller, les Français, autrefois plus cabochards [25], ont adopté le paradigme libéral; ils se sont soumis à "L'empire du moindre mal" (Jean-Claude Michéa). Ainsi domestiquée - ici au sens du larbinat qui fait bosser plus pour gagner moins - la société engendre des garçons qui trouvent la légitimité de missions qui domestiquent la France (1ère partie), dans la gloriole de belles cérémonies et de moulinets de sabre - le Triomphe...


Dans les deux sens du terme, des gestes empruntés
d'aide de camp maniéré: la forme l'a emporté sur le fond
«Une entité à l’agonie se sacrifie comme contenu, pour se
survivre en tant que forme» ("L’insurrection qui vient", p.76)

Ces cérémonies, qui devraient être le signe de la virilité au service de la Cité, sont devenues une fin en soi [26]. Elles mettent en scène l'autoséduction du bleu-bite par l'officier en gestation, «détourné de son temps par des mensonges infantiles» (Monteil, "Les officiers", p.164). Le ministre sait ce qu'il fait, quand il signe la note de frais alors que l'argent manque pour les manœuvres... Telle que Michel Clouscard l'analyse au sens large, la séduction induit, chez celui qui se laisse prendre, un abandon du sens critique. Défaut de la volonté chez l'engagé volontaire, elle est une condition de la schizophrénie du colonel de la 1ère partie et des pairs de ce dernier.


Clouscard: «la séduction, c'est le pouvoir du langage...
...indépendamment du concept, indépendamment
de la sagesse» ("Apostrophes", le 26/3/1982)

Si la séduction est l'arme forte du sexe faible, l'autoséduction est, chez le guerrier en herbe, l'autoérotisme d'une féminité deux fois dégénérée. Elle est à la carrière militaire ce que l'autorotation est à l'obus de canon: la ballistique de l'extase insensible aux éléments - à la réalité [22]. Cette extase est mise en musique en école militaire, par des chants qui tiennent plus de la complainte que du chant de marche; telle la «Prière d'André Zirnheld». Quand le père peine à mettre dans le monde* celui que la mère a mis au monde, cette prière, dans la bouche de garçons aujourd'hui moins denses, appelle au rite de passage qu'on a trop longtemps différé.
* Tony Anatrella, "Interminables adolescences"


Rambo2.gif
? Mon Dieu, mon Dieu ?
Fais moi sortir des jupons de maman
Pour que je devienne un homme

Espérons, par égard pour l'homme du rang, qu'il sera répondu de manière positive à cette demande de «souffrance», avant la première affectation du jeune officier! La prière de Zirnheld ne fut pas écrite par le héros mais par l'homme qui allait le devenir; elle ne fit pas plus le héros, que l'uniforme, l'officier digne de le porter. Ca va de soi mais y a-t-il confusion des genres, chez les petits co' ou leurs camarades des autres armes, comme chez le garçonnet qui se déguise en Zorro?


Emma Bovary aussi...
Emma Bovary 4...aimait chanter la prière de Zirnheld


Je réponds en demandant ce que valait la «souffrance» que le petit co' réclamait en chantant, quand l'officier que celui-ci est devenu guide un bombardier de l'OTAN vers un village de montagne, forme les malfrats de l'UCK à la «magistrature» ou tue des civils en Libye [27]. La réponse est le point commun des rêves d'école militaire et des fantasmes de cet autre colonel que sa femme surprit devant le miroir de la penderie, en grand uniforme, toutes décorations dehors et la main au guidon: l'autoséduction, portée en école par le chant d'honneur qui usurpe le champ d'honneur, dans la confusion des genres [28].

«D'où, chez elle, cette impression...
promo Raffalli 2...de se faire baiser, quoiqu'elle fasse» (Soral, p.36)

 

Xavier de Virieu: «l'honneur et le courage sont les traditions de notre armée (...) et non le pantalon rouge ou les cheveux en brosse» (cité par Monteil dans "Les officiers", p.162). Deux générations avant nous, Virieu et Monteil étaient agacés, quand on prenait l'apparence pour l'être. Cette confusion préparait la régression actuelle dans la fusion maternelle*, le sociologue Jean-Claude Paye semble dire: «il s'agit, pour le pouvoir, d'imposer le regard qu'il pose sur les choses et les individus, et, ainsi, de pouvoir déterminer leur être» (p.41).
* fusion avec «l'Etat maternant», Jean-Claude Paye, "L'emprise de l'image", p.27


Denis Jaisson main_4.gif3ème partie

Notes et digressions

[19b] De Son Amour, Jésus veut faire le pivot de la vie sociale: «comme Je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres» (St Jean, Ch.13, v.34). Pourtant, La vie professionnelle de l'officier catholique réalise plus le matérialisme historique (Karl Marx & Friedrich Engels) que le dessein du Christ, en théâtre d'opérations extérieures; la fiche de paie de l'officier est le blanc-seing de ce dernier - la dite «schizophrénie» (1ère partie).

« Nous ne lâcherons pas, Monseigneur...
grand-ecart.jpg
...nous tiendrons le grand écart jusqu'au bout ! »

Non, soldat; je ne suis pas antimilitariste! Mais sois respectable, si tu veux être respecté. Le patriote jugera ton comportement, avec l'exigence de ton idéal de corniche .


[20] Au lendemain de la 2ème guerre mondiale, les garçons qui voulaient embrasser la carrière militaire devaient faire état d'activités de résistance pendant l'occupation. En 2010, ils présentent les armes à celui qui vole à l'esbrouffe notre souveraineté - au collabo' de l'Empire
[14].

«un discours où Nicolas Sarkozy...
...se place en héritier du gaulisme»

Sont-ils gênés? Non - au contraire - et c'est plus inquiétant que la trahison du foutriquet-en-chef des armées [4,14,15] car c'est l'assurance que ce dernier peut leur faire faire n'importe quoi. Feu mon père, après quinze ans de biffe, puis une vie professionnelle épuisante, passée au milieu de cadres mal finis, découragés par la crise: «il faut cultiver l'esprit de résistance»...

[21] St Matthieu, ch.16, verset 25: «celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi la gardera». Le chemin des étoiles du général mène-t-il à la Jérusalem Céleste?

Jeanne: «tout ça pour quoi, Doux Jésus?
bucher-copie-1.jpg...Pour que les officiers catholiques
guerroient pour les WASP

[22]  Ouest-France, le 19/7/2002: «...ce grand-père paternel, résistant dans les Ardennes, officier de légion et ancien d'Indochine, dont, enfant, il feuilletait les albums photos avec fascination...» Exalté, l'enfant devenu cyrard conclut: «on porte un uniforme que 10.000 saint-cyriens morts au champ d'honneur ont porté avant nous» [8].

Deux prisonniers serbes vont donner leurs organes...
prisonniers-serbes.jpg...avec l'autorisation des nouveaux magistrats de l'UCK

Le port de cet uniforme au champ de la honte du Kosovo est une transgression. Celle-ci est à la mesure de l'honneur des Aînés (10.000 ci-dessus et bien plus encore) et de la connaissance qu'on a, dans l'armée en général, de ce qui se passe là-bas. Kristian Kahrs, officier de presse  au siège de la KFOR, de janvier à juillet 2000: «je savais que la mafia albanaise était impliquée dans le commerce de la drogue, des armes et des personnes» (fr.novopress.info, 4/1/2012). Au «fils de bonne famille» qui se prête à ces commerces avec veulerie puis rentre en France comme Sainte Nitouche, je demande "Jusqu'où va-t-on descendre?" (Alain Soral, 2002). Enfin je lui rappelle la Justice immanente de l'Histoire; je crois que l'officier catholique l'appelle «Providence»...

Jean-Marie Le Pen et Ruth Elkrief, à BFM-TV, le 21/3/2011
L'ancien combattant est choqué par la victoire sans risque
[23] Sans faire la guerre mais en continuant la lutte des classes, par immigrés interposés. Cette manipulation génétique de substitution fit disparaître les «banlieues rouges». Fidèle à la tradition des racailles d'en-haut, Sarkozy réchauffa les plats, le 17/12/2008:

«le métissage n'est pas un choix; c'est une obligation» 
«l’immigration est un moyen de créer une certaine détente
sur le marché du travail et de résister à la pression sociale»
(Assemblée Nationale, 1963)

[24] Alain Soral, dans "Vers la féminisation? Pour comprendre l'arrivée des femmes au pouvoir": «L'esprit féminin se meut à l'intérieur d'une seule catégorie: le tout psychologico-affectif. D'où une tendance (...) à ne pas comprendre les phénomènes politiques, faute d'en identifier les causes économiques et sociales » (p.45)
→ Le pathos du petit chez-soi assiégé par des terroristes fantasmés* cache à l'esprit efféminé la politique impériale dictée par les intérêts économiques d'une élite sans conscience sociale.
* «fixer les talibans...» (1ère partie)  

Soral: «sans la catégorie mentale de l'économico-social, l'idée du bien se limite à l'amour instinctif de sa propre famille (p.57)
→ Les officiers parlent rarement d'autre chose que «la Grande Famille» (l'armée, dans le roman de Jean Grave). Celle-ci incarne le bien, sans égard pour le dessein politique malsain dont elle est aujourd'hui le bras armé. Pourtant patriotes, les officiers sont donc, en général, indifférents à la dissolution européenne de la souveraineté nationale et la domestication atlantiste de la France, tant que la cuisine est bonne.

quel homme cette femme
On comprend que le Système ait intérêt à féminiser les officiers de son armée - en esprit, j'entends. Mais cette féminisation a deux tranchants... Imaginez la scène: il est de bon ton de résister à l'Empire (on peut toujours rêver) et la fille du colonel revient en pleurant d'une soirée dansante, où elle fit tapisserie parce que son père est militaire. Madame: «il n'est pas question que Gisèle reste vieille fille à cause de tes galons, mon chéri!» Qu'est-ce qui, de la préférence familiale et de l'urgence de «rester pour faire passer des valeurs» (1ère partie), va l'emporter?

«Fais gaffe, hein: mon papa est colonel»
dessin-enfants-bagarre.jpg- il a fait tuer le mien pour les 'ricains!
Prends ça dans le nez, fils de collabo'


Au train où vont les choses, des épouses de militaire rappelleront avant longtemps à leur mari quelle famille passe avant l'autre, quand elles feront le rapport entre la trahison de l'élite, la veulerie des chefs et la dégradation des conditions de vie domestiques. L’Adefdromil, le 30/11/2011: «des dizaines de militaires de l’armée de terre n’ont toujours pas été soldés pour le mois d’octobre 2011». Le Parisien du 15/12/2011: «leurs épouses haussent le ton»...

En 1937, l'élite apatride a déjà décidé de perdre la guerre
mais Jeanne Aubert chante le patriotisme domestique...
...«le cul sur la commode» [8]

Soral: «une vision morale exige de l'esprit qu'il soit capable de dépasser la préférence affective familiale, pour que la loi devient la même pour tous» (p.58)
En bombardant ces civils libyens, les aviateurs français et leurs camarades de l'OTAN violèrent la résolution 1973 de l'ONU, dont ils se réclamaient.

Elisabeth Lambert...
...garçon manqué ou trop féminin?

Soral: «le respect absolu du père conduit plus tard l'esprit féminin à ressentir l'ordre dominant comme indiscutable et indépassable» (p.58)
→ Le Système donne parfoisà des femmes le pouvoir qu'il perdrait en le donnant à un homme. Il y a toutefois des hommes qui se reconnaîtront dans les récipiendaires du beau sexe... A la faible excuse du colonel qui se défile dans la 1ère partie - «il faut qu'il en ait qui restent» - on mesure le chemin parcouru depuis Charles de Gaulle et Jean Bastien-Thiry, dans un milieu où on se goberge de «don de soi». Ces derniers désobéirent par fidélité, parce que la leur procédait de la virilité, pas de la soumission à «l'ordre dominant». Dans un sens ou dans l'autre - les deux hommes s'opposèrent à mort - leur horizon n'était pas domestique; il dépassait la Grande Famille... L'homme viril adhère ou s'oppose à «l'ordre dominant», suivant que celui-ci est à la hauteur des valeurs du père auquel il s'opposa, adolescent:

«prendre, contre son père, le parti de ses pères»
Psichari-1-.jpg
Ernest Psichari, plus viril que freudien, mort
pour la France le chapelet à la main [18]

Soral: «respect inconscient et irraisonné du pouvoir, qui limite la capacité de critique et d'opposition, à la soumission» (p.58)
→ Combien d'individus de sexe masculin croient, au sujet de la Syrie, ceux qui ont menti à propos de la Serbie, des attentats du 11/9/2001, de l'Afghanistan, de l'Irak, de la Libye enfin (4ème partie)? Croire... Il me manque un mot qui associe crédulité de soumission et mensonge à soi-même. On pourrait inventer un acronyme; les militaires en sont friands!

Soral: «la féminisation est, pour ceux qui règent sur la social-démocratie néo-libérale, un indéniable facteur d'obéissance» (p.120)
→ La perte de l'esprit d'indépendance - la «domestication» - est la plus remarquable chez ceux dont la vocation est de défendre notre indépendance.

La gloire fatiguée...
la tronche fatiguée de la bite dans le cul
...repousse la «limite d'âge»

Soral: «l'homme (...) ayant une tendance infantile à l'égoïsme, la femme une tendance à ne pas saisir le monde au-delà de l'œdipe, ceux qui tirent profit de la social-démocratie néo-libérale ont donc tout intérêt à ce que l'homme reste un adolescent soucieux de jouir et s'amuser sans se préoccuper des autres (...) D'où l'apologie permanente d'une certaine féminité adolescente» (p.120)
→ L'enthousiasme dont j'ai été témoin, de la part d'officiers qui revenaient d'Afghanistan où ils s'étaient épanouis, avait, à la sueur et quelques frayeurs près, un parfum de Club Med'; ça m'a troublé.


[25] O tempora! O Gallia!


[26] Kairos d'opérette, le Triomphe se termine tard dans la nuit. Aldous Huxley à Berkeley* le 20/3/1962: «Hitler, qui connaissait mieux les faiblesses humaines que quiconque et qui sut les exploiter avec tous les moyens alors disponibles (...) savait qu'on pouvait conditionner un sujet de manière plus profonde, si celui-ci était dans un état de tension ou de fatigue. C'est pour cette raison qu'Hitler faisait tous ses grands discours pendant la nuit»

*Huxley explains «the ultimate revolution»

[27]
Mgr Giovanni Innocenzo Martinelli, vicaire apostolique de Tripoli, le 1/6/2011: «Les bombes sont en train de devenir notre calvaire. Pour détruire Kadhafi, l’Otan tue des dizaines d’innocents» -
les terroristes de l'OTAN «fixent»* les civils qui soutiennent Kadhafi, en invoquant la résolution 1973 de l'ONU...
Le 20/6/2011, les avions de l'OTAN bombardèrent
la villa où dormaient Khouildi Hamidi et sa famille.
Hamidi participa, en 1969, à la révolution libyenne
qui ferma les bases militaires américaines et
nationalisa les champs pétrolifères - l'OTAN se
venge et détruit les symboles de la résistance

[28] La logique des choses voudrait que, grâce à la résolution de l'ONU du 17/6/2011, un élève de corniche gagnât des points d'avance sur le concours, s'il affichait son homosexualité. Comme la résolution 1973, la première fut l'objet d'un consensus. Mais un consensus est-il une vérité?

Karim est un homosexuel franco-libyen qui veut vivre sa
différence sans la cacher. Il a fui la Libye en novembre,
quand il apprit qu'on allait imposer la charia
clin d'oeil
Son ami Bruno et lui ont toujours rêvé d'être
militaires; l'uniforme leur sied comme la jaquette.
Les deux garcons cherchent un «régiment ouvert»
Pierre-Yves Ginot général Benoît Puga

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis Jaisson - dans France
commenter cet article

commentaires

Liste des papiers

Les gauchistes - vraiment naïfs, faux culs ou vrais cons?
20 juin 2016

Campagne de vaccination ou terrorisme sanitaire?
12 avril 2016

2016, Goodyear pour le terrorisme
13 janvier 2016

L'amalgame de l'agrégé, ou la philodoxie de Jacouille
22 mai 2015

Monsieur le 1er Sinistre,
4 avril 2015

Raffarin, corps et âme: «j'ai une chose, au fond de moi»
9 juillet 2014

Lettre ouverte à l'UMPS et autres produits dérivés (i) du Système
21 mai 2014

Jérôme Kerviel : «la fête continue»
26 mars 2014

L'hyperbole du bon Samariton - Lettre ouverte
1er mars 2014

Chasteté de trottoir, à Ouest France
15 octobre 2013

La nouvelle Bible - le "Notre Père" modifié
11 sept. 2014

Le Maître enculera le larbin qui le suce
24 août 2013

Les racailles de l'armée française
19 juin 2013

Le mariage homo' est un contresens, aux deux sens du mot
6 février 2013

Qui les Chrétiens syriens gênent-ils ?
22 déc. 2012

Quand Gaillot s'achète une conduite...
8 nov. 2012

Agiter le peuple avant de s'en servir (2ème partie)
8 oct. 2012

Chiens de guerre
1er oct. 2012

à Jègue
15 août 2012

Un prêtre syrien écrit à François Hollande
25 juillet 2012

Rendez nous Jésus !
2 juillet 2012

Les Catho' voteront-ils pour Sarkollande, le 6 mai ?
28 avril 2012

La Kommandantur se fâche
5 avril 2012

Fais l'ménage, Sarko' !
27 mars 2012

La gifle de Poutine
22 mars 2012

l'Allemagne a tout gâché
7 février 2012

«Agiter le peuple avant de s'en servir» (Talleyrand)
4 février 2012

Le doigt sur la couture du pantalon descendu sur les chevilles: schizophrénie ou féminisation de la Grande Muette? (4/4)
18 déc. 2011

Le doigt sur la couture du pantalon descendu sur les chevilles: schizophrénie ou féminisation de la Grande Muette? (3/4)
17 déc. 2011

Le doigt sur la couture du pantalon descendu sur les chevilles: schizophrénie ou féminisation de la Grande Muette? (2/4)
16 déc. 2011

Le doigt sur la couture du pantalon descendu sur les chevilles: schizophrénie ou féminisation de la Grande Muette? (1/4)
15 déc. 2011

La bactérie des écoliers
7 juin 2011

La bactérie de la Bundeswehr
4 juin 2011

Le Roman de la Bretagne
19 mai 2011

Ici Karzaï : au pied ! (humour)
19 mai 2011

A qui profitera le dividende salarial ?
7 mai 2011

Chrétiens, Musulmans et Socialistes pour la Vie
16 juin 2010

Si Marie chez nous est Reine...
23 avril 1994

le Pont-Neuf
1er avril 1989